fbpx
Douleur chronique

La douleur chronique est :

Une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion tissulaire existante ou potentielle, ou décrite en termes évoquant une telle lésion (International Association for the Study of Pain). Ainsi, la douleur existe dès lors qu’une personne affirme la ressentir, que sa cause soit identifiée ou non.
La douleur chronique est un syndrome multidimensionnel. Quelles que soient sa topographie et son intensité, la douleur est dite chronique si elle présente plusieurs des caractéristiques suivantes :
  • persistance ou récurrence (depuis plus de 3 mois) ;
  • réponse insuffisante au traitement ;
  • détérioration significative et progressive, du fait de la douleur, des capacités fonctionnelles et relationnelles dans les activités de la vie quotidienne, au domicile comme à l’école ou au travail.

La douleur chronique peut être accompagnée :

  • de manifestations psychopathologiques ;
  • d’une demande insistante de recours à des médicaments ou à des procédures médicales souvent invasives cependant considérés  comme inefficaces ;
  • d’une difficulté à s’adapter à la situation.

La douleur est notamment d’origine physique : lombalgies, douleurs neuropathiques, céphalées, douleurs rhumatologiques, fibromyalgie, cancer, douleurs viscérales, maladies métaboliques comme le diabète, sclérose en plaques, troubles musculo-squeletiques, entorses, faux mouvements…

Les TCC ne permettent pas de faire disparaitre la douleur, mais plutôt de mieux la gérer et de diminuer l’invalidité associée à la douleur chronique. En effet, l’émotion joue un rôle crucial dans la façon dont la douleur est vécue. Des études ont montré que la composante psychique et émotionnelle représenterait 80% de la douleur chronique.

Techniques utilisées :

  • Self-management, stratégies d’ajustement
  • Auto-observation quotidienne
  • Restructuration cognitive
  • Résolution de problèmes
  • Programmes d’activités, exposition, reprise graduée, mise en place et suivi d’un plan d’action
  • Apprentissage de techniques de relaxation
  • Stimulation des ressources : coping, imagerie mentale, psychologie positive
  • Psychoéducation : informations sur la douleur, bibliothérapie (livres, brochures), vidéothérapie
  • Pleine conscience (Mindfulness) : « body scan », acceptation de la douleur, lâcher-prise
  • Intervention auprès de la famille, des proches, si l’entourage est renforçant

 

Aller à la barre d’outils