fbpx
Trouble alimentaire-Accès hyperphagiques

Accès hyperphagiques (binge-eating disorder)

La caractéristique essentielle de ce trouble est la survenue récurrente d’accès hyperphagiques/de gloutonnerie.

Un accès hyperphagique est défini par l’absorption, en une période de temps limitée (inférieure à 2 heures), d’une quantité de nourriture largement supérieure à ce que la plupart des individus absorberaient en une période de temps similaire et dans les mêmes circonstances.  Le grignotage continuel de petites quantités de nourriture pendant toute la journée ne doit pas être considéré comme un accès hyperphagique.

L’absorption excessive de nourriture est accompagnée d’un sentiment de perte de contrôle (incapacité de se retenir ou d’arrêter de manger après avoir commencé). Cependant, les accès hyperphagiques sont parfois planifiés. Le type d’aliments absorbés pendant les accès varie selon les personnes mais aussi pour un même individu. Les accès hyperphagiques se caractérisent davantage par la quantité d’aliments absorbés que par une envie impérieuse (craving) particulière pour tel ou tel type d’aliment.

Pendant les accès hyperphagiques les personnes ressentent généralement une détresse intense, elles mangent beaucoup plus rapidement que la normale, seules et sans sensation de faim, jusqu’à une sensation pénible de distension abdominale. Ensuite elles se sentent dégoûtées d’elles-mêmes, déprimées et coupables. Elles éprouvent souvent de la honte quant à leurs problèmes alimentaires et tentent de les dissimuler. Les crises surviennent habituellement en secret, de façon aussi discrète que possible.

L’accès fait le plus souvent suite à des affects négatifs, des tensions interpersonnelles, des régimes restrictifs, à un sentiment d’ennui, des pensées négatives ayant trait au poids, à l’apparence corporelle ou à la nourriture.

Ce trouble affecte des individus qui souffrent d’obésité mais aussi des personnes à poids normal ou simplement en surpoids . En effet, les accès hyperphagiques sont distincts de l’obésité. La plupart des personnes qui souffrent d’obésité ne présentent pas d’accès hyperphagiques récurrents.  Cependant, celles qui présentent des  accès hyperphagiques ont une plus grande détresse personnelle et une moins bonne qualité de vie que celles qui n’en présentent pas. 2

NB : Le trouble accès hyperphagiques se distingue de la boulimie par l’absence de comportement compensatoire inapproprié et récurrent (p. ex. vomissement, comportements purgatifs, sport à outrance).

Source : DSM-5 Manuel Diagnostique et Statistique des Troubles Mentaux (2015)

 

La thérapie cognitive et comportementale du trouble accès hyperphagiques

A ce jour la la thérapie cognitive et comportementale (TCC) est  la psychothérapie qui a le plus fait la preuve de son efficacité dans la prise en charge du trouble accès hyperphagique.1

La TCC du trouble accès hyperphagiques peut combiner différentes techniques telles que :

  • Psychoéducation : explication du fonctionnement alimentaire (faim, satiété), des facteurs qui maintiennent le trouble à la personne et éventuellement à la famille et aux proches, etc.
  • Entretiens motivationnels : afin de susciter une profonde réflexion sur les avantages et inconvénients/les craintes à surmonter son trouble alimentaire.
  • Restructuration cognitive
  • Self-monitoring (journal d’auto-observation) : permet d’observer les facteurs qui influencent l’alimentation (certains évènements, pensées, émotions).
  • Développement de stratégies de coping : pour faire face aux situations qui déclenchent les accès hyperphagiques/purgatif.
  • Entrainent à la relaxation : pour apprendre à tolérer l’inconfort émotionnel.
  • Entrainement à la pleine conscience (Mindfluness) : pour apprendre à vivre dans le moment présent, sans anticipations anxieuses sur le futur et rumination négatives sur le passé.
  • Régulation de l’émotion : à partir de techniques inspirées de la thérapie comportementale dialectique.
Aller à la barre d’outils